L'Anjou Agricole 06 novembre 2014 à 08h00 | Par L

DOSSIER PORC - Evaluer l'impact du lien au sol en élevage porcin

En Pays de la Loire, un élevage porcin naisseur-engraisseur spécialisé dispose en moyenne de 0,35 ha de SAU/truie présente. Toutefois, ce chiffre masque une grande diversité de situations.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Quel est l'impact économique et environnemental des surfaces disponibles ? Existe-t-il un équilibre idéal entre production animale et production végétale ?

Pour un élevage porcin spécialisé, les surfaces exploitées ont deux finalités : répondre au besoin en surface d'épandage et produire les matières premières correspondant aux besoins alimentaires des porcs. Ces matières premières peuvent être valorisées directement à la ferme (Faf) ou vendues.

Une enquête menée auprès de 20 élevages porcins spécialisés, représentatifs de la typologie régionale, permet de mieux caractériser le fonctionnement des exploitations selon trois degrés de lien au sol...


La suite dans l'Anjou agricole du 7 novembre 2014.

Egalement dans ce dossier spécial "Porc" :

Les conséquences du 5e programme d'actions directive nitrates pour les éleveurs de porcs

Les performances de reproduction des truies bio en plein air

Bilan du nouveau bâtiment verraterie gestantes aux Trinottières.

L'association Airfaf pays de loire en danger








Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

70 000 tonnes de viandes majoritairement En image...engraissées au maïs OGM, aux antibiotiques et aux farines animales, vont venir déséquilibrer un marché sous haute-tension. Et nous n’avons aucune garantie sur les contrôles prévus par le Canada, concernant l’interdiction des activateurs de croissance et des hormones dans laproduction.

La FNB dénonce la « trahison » des parlementaires européens sur l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada (Ceta) qui a été adopté le 15 février par le Parlement européen

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » Ultimatum
La sélection de Jean-Paul Guéry » La maraude
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les Harmoniques
» Petits papiers au gré du vent
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’affaire de la belle évaporée
Le chiffre de la semaine
337,50
euros les mille litres de lait, au mois de décembre en France. Une nette progression par rapport au début d’année et une légère hausse par rapport à la moyenne de 2015. Les experts estiment que cette progression devrait durer un semestre mais sans doute pas plus. Elle est notamment due à une réduction de la collecte laitière en Europe.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui