L'Anjou Agricole 17 février 2016 à 12h00 | Par L'Anjou Agricole

Lait : les premiers signataires de la charte de valeurs de la FNPL

« Le 17 février, Intermarché et son pôle agroalimentaire Agromousquetaires signent la Charte laitière de valeurs proposée par la Fédération nationale des producteurs laitiers » annonce un communiqué du groupe.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Selon Intermarché, l'enseigne serait « la première signataire » de la charte FNPL.
Selon Intermarché, l'enseigne serait « la première signataire » de la charte FNPL. - © Actuagri

Le groupe rappelle qu’« avec leur laiterie à Saint-Père-en-Retz (44), les Mousquetaires ont en effet déjà conclu des partenariats avec plus de 500 producteurs de lait », une contractualisation « qui permet de rémunérer les éleveurs 4 à 6 % de plus que les coopératives laitières (baromètre Observatoire FRSEA) ».

 

Le 16 février, la Fédération régionale des syndicats d’exploitants agricoles de l’Ouest (FRSEAO) répondait par un communiqué s’interrogeant : « quoi de plus normal qu’une GMS permette à son outil de transformation de bénéficier d’une meilleure répartition des marges ? Mais Intermarché a-t-il appliqué cette même politique de prix sur l’ensemble des produits laitiers qu’il achète ? Intermarché a-t-il permis à l’ensemble de ses fournisseurs de mieux rémunérer leurs producteurs ? ».

 

La FRSEAO réagissait également à la suite d’un article de Ouest-France, selon son président Pascal Clément, où Intermarché se serait auto-proclamé « le distributeur qui rémunère le mieux les producteurs laitiers ».

E. Leclerc ne baissera pas « ses prix d’achat du lait d’origine France » pour 2016

« J’ai envoyé ce jour un courrier au Premier ministre, Manuel Valls, qui précise l’engagement de l’enseigne à ne pas baisser les prix d’achat du lait d’origine France » pour 2016, écrit Michel-Edouard Leclerc sur son blog, le 16 février. Il demande aussi à intégrer l’interprofession laitière. En effet, il reste « prudent (méfiant !) quant à la bonne volonté des industriels de garantir ce prix du lait » auprès des producteurs. Il précise qu’il a « demandé aux pouvoirs publics de s’assurer » de cette bonne volonté. Pour lui, en adhérant à l’interprofession, les centres E. Leclerc pourront « vérifier très concrètement » la « transparence » de ces transmissions des prix à l’amont. Cette intégration « est la garantie pour notre enseigne qu’un processus de transparence puisse enfin être enclenché au sein de la filière », a-t-il écrit à Manuel Valls. « La crise actuelle, le désarroi manifesté par les éleveurs, et déjà, les difficultés pour eux de recouvrer le bénéfice de ce surprix de la part des transformateurs, ont convaincu les acheteurs du groupe E. Leclerc de ne pas ouvrir de nouveaux rounds de négociation en cette fin de mois », explique-t-il aussi dans sa lettre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Produire pour nourrir, c’est dans l’ADN des agriculteurs

rappelle Angélique Delahaye, présidente de Solaal. Les filières fruits et légumes traversent une période commercialement difficile  : l’offre est très nettement supérieure à la demande.

Culture & Vous
La sélectionde Jean-Paul Guéry » La Frondeuse
La sélection de livres de Jean-Paul Guéry » Pour le meilleur et pour le pire
La sélection de Jean-Paul Guéry » Matin d’écume
» La sélection de livres de Jean-Paul Guéry
La sélection de Jean-Paul Guéry » Renaud
Le chiffre de la semaine
- 1,12 Mt
de réduction de la production de lait. La Commission européenne se félicite du succès du programme européen de réduction de la production de lait dans l’UE dont les résultats ont été publiés le 6 juillet. Ainsi, ce sont 48 290 agriculteurs qui ont participé à ce programme qui a permis une réduction de la production de lait de 1,12 million de tonnes.