L'Anjou Agricole 14 janvier 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Le tiers des salades et choux-fleurs, et 45% de la mâche voués à la destruction

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Mâche.
Mâche. - © AA

En visite au Sival d’Angers, Jacques Rouchaussé, président de la fédération des producteurs français de légumes, a quantifié, le 13 janvier, l’'étendue de légumes d’'hiver voués à la destruction. Les maraîchers auront ainsi détruit la production de 30 % des surfaces de salades sur le pourtour du bassin méditerranéen, 35 % des surfaces de choux-fleurs dans l’'Ouest et 45 % des surfaces de mâche en région nantaise.

Températures trop élevées
La raison de cette catastrophe n’'est pas la mévente, mais la surproduction du fait des températures trop élevées pour la saison qui font arriver tous les produits en même temps. Mais après le pic suivra le creux : « On risque de manquer de mâche la semaine prochaine ». Face à cette situation, la fédération des légumiers a insisté, à l’'ouverture du Sival, sur la nécessité de mettre en place un dispositif assuranciel « adapté » pour les producteurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

En fédérant les énergies et en mutualisant les compétences, nous avons la capacité de créer davantage de valeur pour nos filières et de faire de nos territoires, des territoires d’avenir et porteurs d’une vision positive pour l’agriculture.

indique Hubert Garaud, président de Terrena. Les conseils d’administration de Terrena, de Terrena Poitou et de la Cam annoncent l’engagement d’un processus de fusion des 3 coopératives au sein d’une seule entité, Terrena.

Le chiffre de la semaine
500 €
Les 100 kg.Le prix du beurre a atteint 500 €/100 kg à la mi-juin 2017, selon l'observatoire européen du lait, soit une hausse de 81 % sur un an.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui