L'Anjou Agricole 26 février 2016 à 12h00 | Par L'Anjou Agricole

Valls aurait demandé des « annonces fortes » à Phil Hogan

A la sortie de sa rencontre, le 25 février, avec le commissaire européen Phil Hogan venu préparer le Conseil agricole des Vingt-huit du 14 mars, le Premier ministre Manuel Valls a expliqué qu'il avait plaidé pour que la Commission européenne mobilise des outils de régulation de l'offre, et qu'elle joue «de son pouvoir d'initiative» afin que des «annonces fortes» soient faites dès le prochain Conseil agricole.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Manuel Valls, Premier ministre.
Manuel Valls, Premier ministre. - © Actuagri

« L'Europe connaît déjà suffisamment de crises et de défis, menace terroriste, crise des réfugiés. Il ne (faudrait) pas que se rajoute une crise agricole majeure qui mettrait en cause le projet européen », a-t-il expliqué.

 

Également présent lors de la venue de Hogan à Matignon, le ministre de l'Agriculture S. Le Foll a précisé que Paris plaidait actuellement pour la mobilisation des articles 219, 221, 222 de la PAC, qui permettent des dérogations exceptionnelles au droit de la concurrence.« Ce sont des clauses de sauvegarde, des mesures d'urgence », explique Philippe Mauguin, directeur du cabinet de S. Le Foll.
L'essentiel des discussions a porté sur le lait, rapporte-t-il ; Paris souhaite aller au delà de simples mesures de stockage, comme c'est par exemple demandé par l'Irlande, et y associer une régulation des volumes. Sur le porc, Paris et Bruxelles débattent sur le couplage aux aides au stockage privé, de mesures dégagement de marché ; Bruxelles défendant que cette mesure n'est plus mobilisable depuis le récent accord OMC de Nairobi sur la fin des subventions à l'exportation.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

JA veut rénover l'offre d'outils de gestion des risques en s'appuyant sur l'Europe et les filières

explique Baptiste Gatouillat, auteur du rapport d'orientation 2017 des JA qui s'intitule : Anticipons aujourd'hui pour gérer les risques demain.

Le chiffre de la semaine
2,4 millions
En 2015, l'UE comptait 2,4 millions d'exploitations cultivant 3,2 millions d'hectares de vignes, selon la dernière enquête Eurostat. La France arrive en deuxième position en matière de superficie, derrière l'Espagne. Sur les 3,2 Mha, 78 % (soit 2,5 Mha) étaient dédiés à la production de vins de qualité, aussi bien sous AOP (2,1 Mha) que sous IGP (0,4 Mha). En nombre d'exploitations viticoles, c'est la Roumanie qui arrive en tête (36 % du total de l'UE) devant l'Espagne (22 %) et l'Italie (12 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui