L'Anjou Agricole 22 mars 2016 à 16h00 | Par L'Anjou Agricole

Interdiction des néonicotinoïdes : tollé des professionnels

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Dans un long communiqué, l’Union des industries de la protection des plantes (UIPP) déplore « le vote arbitraire » de l’Assemblée nationale interdisant les néonicotinoïdes. D’abord parce que cette interdiction est contraire aux règles européennes et aux annonces faites par le gouvernement de ne pas les surtransposer en France. Ensuite parce qu’elle porte atteinte à la compétitivité de l’agriculture française. « Comment peut-on interdire des produits alors même qu’aucun nouvel élément scientifique ne démontre que leur suppression serait efficace à la préservation des pollinisateurs », s’interroge l’UIPP. Coop de France est également sur la même longueur d’ondes. Ainsi que l’a rappelé Stéphane Le Foll, « l’interdiction des néonicotinoïdes conduirait à des impasses agronomiques ou des alternatives qui ne présentent pas de bénéfices pour les abeilles mais priverait les agriculteurs français de solutions efficaces pour lutter contre les ravageurs », estiment les coopératives. Quant à l’Union française des semenciers, elle estime que la décision de l’Assemblée nationale va « laisser les agriculteurs sans solution de substitution efficace et les obliger à multiplier les traitements foliaires insecticides, avec des impacts négatifs sur l’environnement ». En effet, la recherche et le développement ne pourront aboutir à de nouvelles solutions efficaces de lutte contre les ravageurs, qu’elles soient biologiques ou génétiques, d’ici le 1er septembre 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

70 000 tonnes de viandes majoritairement En image...engraissées au maïs OGM, aux antibiotiques et aux farines animales, vont venir déséquilibrer un marché sous haute-tension. Et nous n’avons aucune garantie sur les contrôles prévus par le Canada, concernant l’interdiction des activateurs de croissance et des hormones dans laproduction.

La FNB dénonce la « trahison » des parlementaires européens sur l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada (Ceta) qui a été adopté le 15 février par le Parlement européen

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » Ultimatum
La sélection de Jean-Paul Guéry » La maraude
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les Harmoniques
» Petits papiers au gré du vent
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’affaire de la belle évaporée
Le chiffre de la semaine
337,50
euros les mille litres de lait, au mois de décembre en France. Une nette progression par rapport au début d’année et une légère hausse par rapport à la moyenne de 2015. Les experts estiment que cette progression devrait durer un semestre mais sans doute pas plus. Elle est notamment due à une réduction de la collecte laitière en Europe.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui