L'Anjou Agricole 07 juillet 2015 à 17h00 | Par L'Anjou Agricole

Les coups de chaleur imposent la vigilance

Les risques dus à la chaleur et les départs d'incendies sur les cultures se multiplient alors que des températures record sont recensées dans le département.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sur les chantiers de moissons, la surchauffe des machines est à éviter.
Sur les chantiers de moissons, la surchauffe des machines est à éviter. - © AA

Six degrés au dessus de la normale. Entre le 25 juin et le 6 juillet, la température moyenne des maximales atteignait les 29,6 degrés dans le département. Des résultats "qui placent 2015 en troisième position des années les plus chaudes sur cette période, après 1976 (34,9 degrés) et 1952 (30,1 degrés)", résume Jean-François Rigourd, technicien prévisionniste à Météo France Maine-et-Loire. Même si le cap de la vigilance orange canicule n'a pas été franchi (jamais trois jours consécutifs avec au moins 19 degrés de minimales et 35 degrés de maximales), au 1er juillet les minimales de 22,2 degrés recensées à Beaucouzé en font même la deuxième valeur la plus élevée depuis 1947 pour un début d'été, alors que les fortes chaleurs sont normalement ressenties en août.

Pour le commandant Bordas, du Service départemental d'incendie et de secours du Maine-et-Loire, qui recensait sur la journée du 6 juillet 2,5 hectares de blés détruits par le feu à Saint-Sigismond ou encore 5,5 hectares de chaume à Combrée, "il faut tout d'abord éviter une surchauffe des machines. Il est important de les laisser reposer car beaucoup de départs de feu partent de la mécanique et se propagent aux cultures." Le commandant ajoute qu'il faut "proscrire toute cigarette et les mégots qui risquent d'embraser les parcelles" et conseille également aux agriculteurs de placer à proximité des champs un tracteur avec une tonne à eau qui permettra, sinon d'éteindre un incendie, du moins de le retarder au maximum.

 


Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 10 juillet 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Les nouvelles obligations concernant Certiphyto sont très peu connues parce qu’elles n’ont fait l’objet d’aucune communication

alerte la Fédération nationale entrepreneurs des territoires (FNEDT). « Depuis le 1er octobre, les conditions de délivrance et de renouvellement des CIPP ont changé », selon un communiqué.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » Un hiver avec le diable
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les mots que j’aime
La sélection de Jean-Paul Guéry » Le pacte du silence
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’Esprit Papillon
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les vacances de Mma Ramotswe
Le chiffre de la semaine
302,10
euros pour le lait. La banque néerlandaise Rabobank a indiqué dans son rapport mondial 2017 sur les matières premières alimentaires, publié le 23 novembre, que le secteur laitier devrait sortir de ses années de prix très faibles. Les prix du lait devraient être soutenus en 2017 parce que, d'une part, la Commission a retiré l'équivalent de 4 millions de tonnes de lait liquide dans le cadre de son programme d'intervention en 2016. D'autre part la demande de produits laitiers a augmenté dans le ...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui