L'Anjou Agricole 08 octobre 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

L'Idele prévoit un marché encombré de vaches de réforme laitières

"Des vaches à l'automne, on risque de ne pas en manquer du côté laitier. Par contre, il n'y aura pas une allaitante dans les abattoirs!", s'est exclamé Philippe Chotteau, directeur du service économie de l'Institut de l'élevage (Idele).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pas d'optimisme sur le cours des vaches, à l'inverse des JB pour lesquels il y a de quoi l'être un peu plus !.
Pas d'optimisme sur le cours des vaches, à l'inverse des JB pour lesquels il y a de quoi l'être un peu plus !. - © Actuagri

Dans une conférence intitulée " Quels relais de croissance pour la filière viande bovine française? ", il est revenu sur la conjoncture économique française en viande bovine. " Nous savons d'ores et déjà que le commerce [de broutards, ndlr] va être bloqué pendant un mois et demi ", a-t-il annoncé du fait de la fièvre catarrhale ovine (FCO). En parallèle, les éleveurs laitiers décapitalisent et les vaches laitières de réforme affluent, notamment d'Allemagne, " perturbant le marché de la viande ", selon lui.

 

Côté jeunes bovins (JB), comme le prix en Italie progresse en lien avec le déficit de broutards, le prix français devrait suivre car " l'Italie est un marché directeur. Aussi, sur le marché du JB pour les semaines et les mois à venir, il n'y a pas vraiment de raison d'être inquiet " a-t-il conclu.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

JA veut rénover l'offre d'outils de gestion des risques en s'appuyant sur l'Europe et les filières

explique Baptiste Gatouillat, auteur du rapport d'orientation 2017 des JA qui s'intitule : Anticipons aujourd'hui pour gérer les risques demain.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » La ferme des Miller
La sélectionde Jean-Paul Guéry » Le vertige des falaises
La sélection de Jean-Paul Guéry » Chute
La sélection de Jean-Paul Guéry » Personne n’a oublié
La sélection de Jean-Paul Guéry » La ferme du bout du monde
Le chiffre de la semaine
2,4 millions
En 2015, l'UE comptait 2,4 millions d'exploitations cultivant 3,2 millions d'hectares de vignes, selon la dernière enquête Eurostat. La France arrive en deuxième position en matière de superficie, derrière l'Espagne. Sur les 3,2 Mha, 78 % (soit 2,5 Mha) étaient dédiés à la production de vins de qualité, aussi bien sous AOP (2,1 Mha) que sous IGP (0,4 Mha). En nombre d'exploitations viticoles, c'est la Roumanie qui arrive en tête (36 % du total de l'UE) devant l'Espagne (22 %) et l'Italie (12 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui