L'Anjou Agricole 19 novembre 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Assurance : un dispositif « coup dur » pour le maïs semence

La Fédération nationale de la production des semences de maïs et de sorgho (FNPSMS), réunie en AG le 18 novembre à Toulouse, a voté la création d'une assurance sur les chutes de rendement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
« L'assurance rendement « coup dur » vient compléter les dispositifs existants (assurance multirisques climatiques, caisses de risques...) », a expliqué le président Joël Arnaud, annonçant un lancement « au printemps 2016 ».
« L'assurance rendement « coup dur » vient compléter les dispositifs existants (assurance multirisques climatiques, caisses de risques...) », a expliqué le président Joël Arnaud, annonçant un lancement « au printemps 2016 ». - © AA

 

Un groupe de travail interprofessionnel, associant l'AGPM et l'UFS, travaille depuis plus d'un an sur un outil assurantiel permettant de sécuriser la filière vis-à-vis d'un fort décrochage de rendement en toutes circonstances. L’assurance « coup dur », bâtie avec un assureur, doit être alimentée par les fonds interprofessionnels. Son déclenchement est prévu quand le rendement réel est inférieur à 85 % du rendement assuré (moyenne décennale d'un rendement brut égrainé régional moyen). Une franchise de 15 % est fixée avec une indemnisation maximale de 10 % sur la base d'un capital garanti de 1 000 euros/ha. La tarification s'élève à 0,762 %.


Une simulation sur dix ans passés montre un déclenchement des indemnisations en 2003 et 2013, variable selon les grandes régions définies (Sud-Ouest océanique, Sud-Ouest continental, Grand Est, Grand Ouest).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

70 000 tonnes de viandes majoritairement En image...engraissées au maïs OGM, aux antibiotiques et aux farines animales, vont venir déséquilibrer un marché sous haute-tension. Et nous n’avons aucune garantie sur les contrôles prévus par le Canada, concernant l’interdiction des activateurs de croissance et des hormones dans laproduction.

La FNB dénonce la « trahison » des parlementaires européens sur l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada (Ceta) qui a été adopté le 15 février par le Parlement européen

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » La maraude
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les Harmoniques
» Petits papiers au gré du vent
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’affaire de la belle évaporée
La sélection de Jean-Paul Guéry » Jazz
Le chiffre de la semaine
4
% de végans. Dans une enquête menée sur Internet auprès de 1 000 Français âgés de 15 ans et plus, le cabinet Harris interactive observe l'émergence de plusieurs « nouveaux régimes alimentaires » (végan, chrono nutrition, paléo, crudivore, fléxitarien). 4 % des Français interrogés déclarent pratiquer un régime végan - sans produits animaux - (dont 47 % d'entre eux le pratiquent depuis moins de six mois).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui