L'Anjou Agricole 16 octobre 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

MPB : toujours pas de cotation, une négociation «compliquée»

Une nouvelle fois, aucune séance n'a eu lieu, le 15 octobre, au marché du porc breton (MPB). Le cadran n'a plus produit de cotation depuis le 5 octobre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Parallèlement, depuis le 12 octobre, la dernière cotation du MPB (1,301€/kg), n'est plus suivie par aucun abattoir. Chaque produit désormais un prix de base « maison » pour le paiement des porcs qu'ils achètent.
Parallèlement, depuis le 12 octobre, la dernière cotation du MPB (1,301€/kg), n'est plus suivie par aucun abattoir. Chaque produit désormais un prix de base « maison » pour le paiement des porcs qu'ils achètent. - © AA

Les réunions s'enchainent depuis fin septembre entre les groupements de producteurs et les acheteurs pour relancer le marché selon de nouvelles règles de fonctionnement qui satisferaient les deux parties. « C’est une négociation compliquée, on fait un pas en avant, deux en arrière », commente le président des groupements de producteurs (UGPVB) Michel Bloc’h.

 

Une réunion a eu lieu le 14 octobre, durant laquelle aucun accord n'a été trouvé. « Nos conditions ne sont pas encore acceptées », estime le directeur de Cooperl Emmanuel Commault, après la dernière réunion. « Les positions ne sont pas éloignées, estime Michel Bloc’h. Mais le fait que Bigard ne soit pas dans les négociations gêne plusieurs opérateurs ». D'ores et déjà, les opérateurs présents aux négociations se seraient mis d’accord sur la suppression d'un tour de marché (sur deux) et de la barre de retrait en début de séance (seuil de prix minimum). Une nouvelle réunion est prévue le 19 octobre.

 

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

70 000 tonnes de viandes majoritairement En image...engraissées au maïs OGM, aux antibiotiques et aux farines animales, vont venir déséquilibrer un marché sous haute-tension. Et nous n’avons aucune garantie sur les contrôles prévus par le Canada, concernant l’interdiction des activateurs de croissance et des hormones dans laproduction.

La FNB dénonce la « trahison » des parlementaires européens sur l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada (Ceta) qui a été adopté le 15 février par le Parlement européen

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » La maraude
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les Harmoniques
» Petits papiers au gré du vent
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’affaire de la belle évaporée
La sélection de Jean-Paul Guéry » Jazz
Le chiffre de la semaine
4
% de végans. Dans une enquête menée sur Internet auprès de 1 000 Français âgés de 15 ans et plus, le cabinet Harris interactive observe l'émergence de plusieurs « nouveaux régimes alimentaires » (végan, chrono nutrition, paléo, crudivore, fléxitarien). 4 % des Français interrogés déclarent pratiquer un régime végan - sans produits animaux - (dont 47 % d'entre eux le pratiquent depuis moins de six mois).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui