L'Anjou Agricole 29 janvier 2016 à 10h00 | Par L'Anjou Agricole

Orama demande une révision d’Ecophyto

« Il faut remettre l’ouvrage sur le métie r», a déclaré le 28 janvier le président Philippe Pinta.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Philippe Pinta, président d'Orama.
Philippe Pinta, président d'Orama. - © Actuagri

 

« Cet objectif de -50 % (de phytos d’ici 2025) est intenable et il ne sera pas tenu ». Orama a émis, lors de son congrès à Reims, des propositions en vue de réviser Ecophyto 2.


Sur le plan de la méthode, le syndicat veut que les discussions soient menées au sein de FranceAgriMer. L’idée est de « mettre en œuvre l’engagement du Premier ministre d’une véritable concertation ». Sur le fond, tout repose sur les indicateurs de suivi du plan. Stéphane Le Foll a qualifié d’« intéressantes » les propositions faites en matière d’indicateurs. « On va tenir compte des propositions », a-t-il promis, en évoquant des« indicateurs composites » pour Ecophyto.


Concernant la MAE (Mesures agroenvironnementales) en zones intermédiaires, l’idée émise par le ministre de proposer, en discussion avec les régions, une avance de trésorerie dans le cadre du Feader (fonds européen), n’a guère suscité l’enthousiasme.
S. Le Foll a opposé une fin de non recevoir à la demande formulée par Orama d’une limitation du paiement redistributif sur les 52 premiers hectares à 5% de l’enveloppe des aides directes de la Pac. L’accord notifié à Bruxelles prévoit 10% en 2016, avec un point d’étape en 2017: « c’est ce qui sera appliqué », annonce le ministre.
« Si vous êtes du côté des coopératives c'est vrai que vous avez plutôt intérêt à vendre des produits », a répondu le ministre à de nombreuses interpellations dans la salle.
« Si vous êtes du côté des coopératives c'est vrai que vous avez plutôt intérêt à vendre des produits », a répondu le ministre à de nombreuses interpellations dans la salle. - © Actuagri

Polémique entre S. Le Foll et les coops au congrès d'Orama

Stéphane Le Foll a déclenché, le 28 janvier au congrès d'Orama, une polémique avec les coopératives sur le plan de réduction des phytos.
Des propos « inacceptables », lui a lancé le président de Coop de France Michel Prugue, en demandant au ministre un rendez-vous. Xavier Beulin a salué la réaction : « il n'est pas normal qu'un ministre vous ait traité comme il vous a traité », a déclaré le président de la FNSEA. Une heure plus tard, Coop de France publiait un communiqué reprochant au ministre « d'insulter les coopératives » et montrant les différents moyens par lesquels les coopératives tentent de réduire l'usage des phytosanitaires : implication dans le plan Ecophyto tout en jugeant ses objectifs excessifs, participation aux fermes Déphy, déploiement du Certiphyto, conseils aux agriculteurs dans le cadre d'une charte du conseil coopératif, etc.,

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

En Pays-de-la-Loire nous souhaitons répondre aux attentes du consommateur en termes de produits « durables » afin de rester compétitifs sur le marché local, bien-sûr, mais aussi sur le marché export, où nous voulons renforcer le « chasser en meute »

a déclaré Lydie Bernard, vice-présidente du Conseil régional chargée de l’agriculture, l’agro-alimentaire, la forêt, la pêche et la mer, mercredi au Sival.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’affaire de la belle évaporée
La sélection de Jean-Paul Guéry » Jazz
La sélection de Jean-Paul Guéry » Un hiver avec le diable
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les mots que j’aime
La sélection de Jean-Paul Guéry » Le pacte du silence
Le chiffre de la semaine
+2
MILLIONS de tonnes de porcs vers la Chine.Passer de 1 million de tonnes à deux : telle a été l'évolution estimée des importations de porcs chinoises en provenance de France entre 2015 et 2016.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui