L'Anjou Agricole 05 novembre 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Des dossiers brûlants pour Béatrice Abollivier

La FDSEA et les JA ont rencontré Béatrice Abollivier, nommée récemment préfet de Maine-et-Loire, au Gaec Hervé, une exploitation laitière à Andard, mercredi 4 novembre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les représentants agricoles ont fait part de leurs préoccupations de terrain sur les questions d'actualité.
Les représentants agricoles ont fait part de leurs préoccupations de terrain sur les questions d'actualité. - © AA

Quoi de mieux pour présenter l'agriculture angevine que de se rendre sur une exploitation ? C'est dans ce sens que la FDSEA et les JA ont tenu à recevoir Béatrice Abollivier, nouvellement nommée à la Préfecture de Maine-et-Loire, sur l'exploitation du Gaec Hervé. Cette rencontre a permis de montrer les problèmes que posent les nouvelles réglementations et l'application des normes.

Présentation des agricultures angevines
Les premiers points abordés ont d'abord porté sur la richesse et l'importance des agricultures angevines. En effet, l'activité agricole couvrant 69 % de la superficie du département, le poids de ce secteur à la fois en termes d'économie mais aussi d'aménagement du territoire et de la prise en compte de l'avis de la profession sont primordiaux pour la FDSEA et les JA.

Préoccupations départementales
Les représentants n'ont pas manqué de faire part à Béatrice Abollivier de leurs préoccupations de terrain sur les questions d'actualité. à l'image de la future carte des cours d'eau, où l'implication des professionnels a été forte. Sur ce sujet, Béatrice Abollivier se veut positive : « il faut mettre en avant que cette nouvelle carte va permettre de stabiliser, et ce pour plusieurs années, la lisibilité sur les cours d'eau et fossés ». Zones vulnérables, mises aux normes, la FDSEA et les JA demandent une gestion différenciée des cas particuliers. Sur les dossiers Pac, la DDT a insisté sur le fait que les délais soient tenus et que l'engagement de fin d'instruction des dossiers pour fin 2015 soit toujours valable. Concernant le plan de soutien à l'élevage, si toutes les exploitations ne pourront pas bénéficier de ces mesures, les professionnels et l'administration insistent pour que les structures les plus en difficultés puissent en bénéficier. Sur la question des dégâts de gibier, FDSEA et JA mettent l'accent sur la mise en oeuvre de moyens efficaces non seulement sur les sangliers, mais également sur les choucas des tours et les campagnols qui font de plus en plus de dégâts sur les exploitations. Enfin, le dossier calamités agricoles a également été évoqué. Là-dessus, il faut attendre l'examen du rapport d'enquête pour savoir si les exploitations touchées pourront bénéficier des mesures.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Les nouvelles obligations concernant Certiphyto sont très peu connues parce qu’elles n’ont fait l’objet d’aucune communication

alerte la Fédération nationale entrepreneurs des territoires (FNEDT). « Depuis le 1er octobre, les conditions de délivrance et de renouvellement des CIPP ont changé », selon un communiqué.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » Un hiver avec le diable
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les mots que j’aime
La sélection de Jean-Paul Guéry » Le pacte du silence
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’Esprit Papillon
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les vacances de Mma Ramotswe
Le chiffre de la semaine
302,10
euros pour le lait. La banque néerlandaise Rabobank a indiqué dans son rapport mondial 2017 sur les matières premières alimentaires, publié le 23 novembre, que le secteur laitier devrait sortir de ses années de prix très faibles. Les prix du lait devraient être soutenus en 2017 parce que, d'une part, la Commission a retiré l'équivalent de 4 millions de tonnes de lait liquide dans le cadre de son programme d'intervention en 2016. D'autre part la demande de produits laitiers a augmenté dans le ...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui