L'Anjou Agricole 04 février 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

SNA : Attendons !

Après avoir interpellé la DDT sur les SNA, la FDSEA appelle à ne pas se précipiter sur ce dossier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Tous les agriculteurs ont désormais entendu parler des SNA, ces fameuses Surfaces non agricoles à aller vérifier sur Télépac. Pour beaucoup d’entre nous, une énième aberration administrative.
Mais après avoir analysé de manière plus fine ce dossier, la FDSEA appelle à ne pas se précipiter. Il est pour nous impératif que les SNA se gèrent au moment de la déclaration Pac 2016, par l’agriculteur et directement sur Télépac. Il est en effet incompréhensible, au moment où on nous impose la télédéclaration, de devoir corriger nos SNA avec un crayon rouge et du papier ! Et nous allons remonter ce dossier à la FNSEA car nous souhaitons faire pression sur le ministère afin qu’il se rende compte de l’absurdité du dispositif. Ce dossier est de toute façon ingérable quand certaines exploitations ont plus de 500 SNA à vérifier. Et la DDT est incapable de traiter tous les retours papiers dans les temps.  Il ne sert donc à rien de se presser, il convient d’être pragmatique et efficace. Il sera possible d’effectuer ce travail au moment de la déclaration Pac, quand nous aurons enfin connaissance de nos surfaces d’îlots et nos SIE et ce, sans conséquences financières pour nos exploitations.

Emmanuel Lachaize, secrétare général de la FDSEA

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous passerons par la loi Potier (relative à l’accaparement des terres agricoles et au développement du biocontrôle)

Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, a indiqué qu’il passera par la loi pour rétablir le contenu de l’ordonnance encadrant les CEPP (Certificats d'économie de produits phytosanitaires).

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » Jazz
La sélection de Jean-Paul Guéry » Un hiver avec le diable
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les mots que j’aime
La sélection de Jean-Paul Guéry » Le pacte du silence
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’Esprit Papillon
Le chiffre de la semaine
311,10
euros, prix moyen pour le lait. Suite à des négociations, les représentants de Sunlait (association de 12 organisations de producteurs) et de Savencia (ex-Bongrain) ont validé les prix suivants (prix de base moyens Sunlait à 38/32, flexibilité additionnelle comprise) : 320 EUR/1 000 l en janvier et février et 310 EUR/1 000 l pour mars (chiffres officiels publiés sur le site de Sunlait, le 30 décembre, à l'issue de négociations achevées le 20 décembre).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui