L'Anjou Agricole 24 septembre 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

FCO : la zone de surveillance aux portes de l'Anjou

Le Maine-et-Loire n'est pas en zone réglementée. Il n'y a donc pas de restrictions de mouvement des animaux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

De nouveaux foyers de fièvre catarrhale ovine ont été découverts dans plusieurs cheptels de l'Allier, la Creuse et du Puy-de-Dôme. Ces confirmations conduisent à une révision de la zone réglementée (rayon de 150 km autour des foyers).
Des mesures ont été prises afin de prévenir tout risque de propagation de la maladie : les élevages atteints par la FCO ont été placés sous surveillance renforcée.
Dans le périmètre interdit (voir carte), tous les mouvements d'animaux (entrée-sortie et au sein de la zone) sont interdits ainsi que les rassemblements d'animaux.
Dans la zone de protection, des mesures de gestion sont appliquées : restriction des mouvements d'animaux entre les zones de statut différent, interdiction de regroupement, surveillance active et vaccination.


Conditions applicables aux mouvements d'animaux
à ce stade, le Maine-et-Loire n'est pas en zone réglementée. Il n'y a donc pas de restrictions de mouvement des animaux. Cependant attention, tout animal provenant du département, qui entre dans la zone réglementée acquiert le statut de la zone où il est introduit, et ne pourra donc pas revenir dans le département sauf pour abattage immédiat ou cas dérogatoires (veaux de 8 jours, manifestations avec présentation d'animaux, échanges et export).
Sur le territoire national, pour les mouvements d'animaux d'abattage, trois cas sont prévus avec un principe commun : que le chargement des animaux se fasse en commençant la tournée par la zone au statut le plus favorable. Dans la zone réglementée, les mouvements sont autorisés si les animaux ne présentent pas de signe clinique le jour du départ, si les moyens de transport sont désinsectisés, si le transport jusqu'à l'abattoir est direct, et si l'abattage a lieu dans les 24 heures après l'arrivée des animaux à l'abattoir.
Pour les échanges et l'export, des accords bilatéraux et certificats sanitaires entre la France et les pays importateurs sont en cours de négociation. « Les conséquences économiques sur les marchés avec l'apparition de la FCO sont considérables, et les inquiétudes et les difficultés économiques sont évidentes », constate Philippe Blanquefort, directeur du GDS Maine-et-Loire. à cause des délais de vaccination à respecter, le marché risque d'être perturbé.

12 élevages angevins contrôlés
Une enquête sérologique est mise en place au niveau national pour évoluer la diffusion de la FCO sur le territoire français. 60 troupeaux dans chaque région vont être contrôlés. Dans le Maine-et-Loire, douze élevages sont concernés. Ils sont désignés de manière aléatoire. « Dans ces élevages, 30 animaux seront soumis à une prise de sang pour détecter une susceptible présence silencieuse de la maladie », explique Didier Boisseleau, directeur de la DDPP (Direction départementale de la protection des populations). Le directeur invite les éleveurs concernés à « collaborer rapidement pour pouvoir faire un point de situation au plus vite ». Comme le Maine-et-Loire est encore en zone indemne, pour Didier Boisseleau, « il faut rester vigilant mais ne pas céder à la panique. En cas de questionnement ou de doute, il faut s'informer auprès de son vétérinaire. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

70 000 tonnes de viandes majoritairement En image...engraissées au maïs OGM, aux antibiotiques et aux farines animales, vont venir déséquilibrer un marché sous haute-tension. Et nous n’avons aucune garantie sur les contrôles prévus par le Canada, concernant l’interdiction des activateurs de croissance et des hormones dans laproduction.

La FNB dénonce la « trahison » des parlementaires européens sur l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada (Ceta) qui a été adopté le 15 février par le Parlement européen

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » Ultimatum
La sélection de Jean-Paul Guéry » La maraude
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les Harmoniques
» Petits papiers au gré du vent
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’affaire de la belle évaporée
Le chiffre de la semaine
337,50
euros les mille litres de lait, au mois de décembre en France. Une nette progression par rapport au début d’année et une légère hausse par rapport à la moyenne de 2015. Les experts estiment que cette progression devrait durer un semestre mais sans doute pas plus. Elle est notamment due à une réduction de la collecte laitière en Europe.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui