L'Anjou Agricole 15 octobre 2015 à 14h00 | Par L'Anjou Agricole

Les grandes cultures sont une pompe à carbone, selon les céréaliers

« Les grandes cultures sont une formidable pompe à carbone », a déclaré Philippe Pinta, président de l'AGPB (producteurs de blé), en conclusion d'un colloque organisé par Arvalis (institut du végétal) sur l'agriculture face au changement climatique, le 14 octobre à Paris.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Selon l'association des producteurs les céréales captent sept fois plus de gaz carbonique qu'il n'en est émis pour les produire. De plus, insistait Philippe Pinta, plus le rendement est élevé et plus les céréales captent de CO2 à l'hectare. En élevage, Jérôme Pavie, chef du pôle pastoralisme à l'Idele (institut de l'élevage), a aussi expliqué que la filière ruminants, au-delà d'être émettrice, stocke dans les prairies notamment. Ainsi, il table sur des émissions de 14kg eqCO2 par kilo de viande produite. Parallèlement, 5,5kg eqCO2 sont stockés. A long terme, en élevage et en grandes cultures, les experts cherchent à améliorer le stockage et diminuer les émissions.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

L’APCA ira au devant des candidats aux élections présidentielle et législatives pour leur présenter les mutations qu’elle envisage pour l’agriculture

a déclaré Claude Cochonneau son président, le 22 février.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » Ultimatum
La sélection de Jean-Paul Guéry » La maraude
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les Harmoniques
» Petits papiers au gré du vent
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’affaire de la belle évaporée
Le chiffre de la semaine
337,50
euros les mille litres de lait, au mois de décembre en France. Une nette progression par rapport au début d’année et une légère hausse par rapport à la moyenne de 2015. Les experts estiment que cette progression devrait durer un semestre mais sans doute pas plus. Elle est notamment due à une réduction de la collecte laitière en Europe.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui