L'Anjou Agricole 17 mars 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Interprofession et Europe sont au cœur des échanges lors de l'assemblée générale de la FNPL

"Si le Cniel [interprofession, ndlr] ne devient pas politique et reste autour de ses seules missions, alors réduisons notre part de financement et investissons le ailleurs !", s'est exclamé André Bonnard, vice-président de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), le 16 mars.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
André Bonnard.
André Bonnard. - © AA

Lors de la 72e assemblée générale de la FNPL, les tensions au sein du Cniel se sont faites sentir durant les discours et les questions des éleveurs. Xavier Beulin, président de la FNSEA, s'il s'est positionné sur la question a orienté son discours par rapport aux récentes décisions agricoles européennes. Face au "psychodrame" de la question des migrants, "il faut remettre la politique au bon niveau", a-t-il estimé en imaginant également un renouvellement de la PAC et une aide alimentaire approvisionnée par les excédents agricoles européens. "Nous sommes, nous les Français, dans un extrême isolationnisme" à la Commission européenne, a continué Michel Dantin, député européen. Il doute "de l'intérêt de la mesure de réduction volontaire de la production. Ceux qui vont réduire sont les petits et les moyens. Les gros vont continuer à augmenter la production" au détriment des autres, et donc des Français.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

JA veut rénover l'offre d'outils de gestion des risques en s'appuyant sur l'Europe et les filières

explique Baptiste Gatouillat, auteur du rapport d'orientation 2017 des JA qui s'intitule : Anticipons aujourd'hui pour gérer les risques demain.

Le chiffre de la semaine
2,4 millions
En 2015, l'UE comptait 2,4 millions d'exploitations cultivant 3,2 millions d'hectares de vignes, selon la dernière enquête Eurostat. La France arrive en deuxième position en matière de superficie, derrière l'Espagne. Sur les 3,2 Mha, 78 % (soit 2,5 Mha) étaient dédiés à la production de vins de qualité, aussi bien sous AOP (2,1 Mha) que sous IGP (0,4 Mha). En nombre d'exploitations viticoles, c'est la Roumanie qui arrive en tête (36 % du total de l'UE) devant l'Espagne (22 %) et l'Italie (12 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui