L'Anjou Agricole 21 janvier 2016 à 09h00 | Par L'Anjou Agricole

FNPL : une charte laitière des valeurs aux autres membres de la filière

Le 20 janvier, la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) a présenté une charte laitière de valeurs destinée à être signée par tous les membres de la filière, notamment les industriels et les distributeurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
André Bonnard, secrétaire général de la FNPL.
André Bonnard, secrétaire général de la FNPL. - © AA

André Bonnard, secrétaire général du syndicat, indique que "ne pas signer cette charte signifie ne pas être d'accord pour maintenir de l'emploi sur tout le territoire, ne pas rechercher plus de transparence dans les relations commerciales, etc. Ne pas signer cette charte devient un exercice d'autojustification compliqué [pour les industriels et les distributeurs, ndlr] !".


Bon nombre d'acteurs seraient déjà partants. " Un premier décompte du nombre de signataires sera effectué à la mi-février ", continue-t-il. Un deuxième décompte sera effectué au salon internationale de l'agriculture, qui doit se tenir quelques jours à peine avant la fin des négociations commerciales entre industriels et distributeurs. Dans cette charte, le médiateur des relations commerciales est mis à contribution comme "tiers extérieur de confiance". Pour la FNPL, cette charte est "une main tendue", dans un grave contexte de crise pour les producteurs de lait français.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Aujourd’hui, il est primordial que toutes les entreprises privées et coopératives donnent un véritable signal aux producteurs en s’appuyant notamment sur une conjoncture mondiale en amélioration depuis quelques semaines

affirme la FRSEA de l’Ouest dans un communiqué du 27 septembre.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » La tentation d’être heureux
La sélection de Jean-Paul Guéry » La nuit de Peter Pan
» Ce qui désirait arriver
La sélection de Jean-Paul Guéry » Notre famile
La sélection de Jean-Paul Guéry » Un tueur
Le chiffre de la semaine
1,8
Mrd d'euros de déficit en fruits frais pour la France. Selon FranceAgriMer, durant les sept premiers mois de l'année 2016, le déficit commercial de la France en fruits frais atteint près d'1,8 milliard d'euros, ce qui correspond à un déficit supérieur de 11 % à celui de la même période en 2015 et de 43 % supérieur à celui de 2014.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui