L'Anjou Agricole 16 novembre 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Attentats de Paris : "l'état d'urgence est une nécessité"

Déclaration de Xavier Beulin, président de la FNSEA.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Actuagri

" La France, notre beau et cher pays, vient d’être touchée à nouveau par le terrorisme. La barbarie a de nouveau officié avec son aveuglement, sa folie et son inhumanité.


Après le 7 janvier dernier où l’horreur avait donné des morts et des larmes, mais aussi un grand sursaut, le 13 novembre restera une date de carnage. Dans les 10ème et 11èmearrondissements de Paris, au Stade de France, des gens, des êtres humains, des personnes, des hommes, des femmes, des jeunes et des moins jeunes, des vies sont tombées sous les balles de terroristes, pour qui le sport, la culture, les loisirs sont condamnables. Avec plus de 130 morts et de nombreux blessés, la France découvre avec effroi qu’en son sol, dans sa capitale, on peut tuer massivement et dans une violence inouïe. Touchée au coeur, notre République voit les larmes couler un peu partout avec l’émotion d’un peuple, qui se croyait malgré tout en sécurité.

La FNSEA devant un tel drame souhaite exprimer son soutien aux familles des victimes, sa solidarité avec l’ensemble de la Nation et ses pensées les plus réconfortantes à tous ceux qui souffrent. Chacun a, désormais, une part de responsabilité au-delà de toutes les indignations légitimes : faire en sorte que le pays reste debout, fort, uni. Saluons l’armée, les pompiers, la police, la gendarmerie, les personnels de santé et tous ceux qui par fonction et par nature donnent le meilleur d’eux-mêmes face aux drames.

Le Président de la République a demandé l’unité du pays, la FNSEA y répond, l’heure est aurassemblement. L’état d’urgence est une nécessité. Tout ce qui doit être fait pour assurer et rassurer doit être soutenu. Chaque action dans le cadre démocratique en faveur de la défense du pays est impérative. Le deuil national instauré est également la marque précieuse de l’hommage à tous ces visages disparus et ces vies fauchées.

Les choses sont claires, la France est le symbole dans le monde de tant de valeurs qu’elle doit être protégée, défendue, soutenue, respectée. Notre modèle de civilisation épris de liberté, c’est notre histoire, le résultat de nos combats et une chance pour l’avenir. C’est cela que ces fous, ces barbares, ces lâches ont voulu toucher. Notre drapeau bleu, blanc, rouge, notre hymne national, notre devise « liberté, égalité, fraternité », vus parfois comme des reliques du passé par certains, sont en fait des raisons d’espérer. "

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous ne manquerons pas de dénoncer leséventuelles entorses à la règle...

annonçait un communiqué des Jeunes agriculteurs (JA) le 19 septembre dernier, au sujet de l’étiquetage de l’origine des viandes et du lait dans les produits transformés.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » La nuit de Peter Pan
» Ce qui désirait arriver
La sélection de Jean-Paul Guéry » Notre famile
Spectacle » Pinocchio au Plessis-Macé
La sélection de Jean-Paul Guéry » Un tueur
Le chiffre de la semaine
+ 0,6
% pour le lait en août. Selon les données présentées le 6 septembre par la Commission européenne lors de la réunion de l'Observatoire européen du marché laitier, le cours du lait à la ferme est remonté de 0,6 % au mois d'août pour la première fois depuis huit mois, suivant ainsi la tendance des produits laitiers sur le marché mondial.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui