L'Anjou Agricole 14 décembre 2015 à 17h00 | Par L'Anjou Agricole

Calamités agricoles : les OPA contestent la méthode de reconnaissance

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

A ce jour, 29 départements sont reconnus au titre des calamités agricoles selon un communiqué du ministère de l’Agriculture. Aux 16 départements déjà inclus dans la liste, s’en sont rajoutés 13 autres lors du dernier Comité national de gestion des risques en agriculture (CNGRA), le 9 décembre. Ces reconnaissances vont permettre d’indemniser les agriculteurs touchés par la sécheresse de cet été. Les premiers acomptes vont ainsi être versés dans les prochains jours.

Notons que des demandes ont été reportées dans l’attente d’éléments complémentaires concernant l’Aveyron, le Gers, l’Hérault, le Lot et la Saône et Loire. Un CNGRA se tiendra courant janvier pour statuer sur leur sort.

Pour leur part, les demandes de l’Eure-et-Loir, du Loir-et-Cher et du Loiret ont fait l’objet d’un avis défavorable. Des contestations de l’ensemble des organisations professionnelles incluant la FNSEA se sont élevées contre ces décisions prises par la direction générale de la performance économique et environnementale des entreprises (DGPE) et de la méthodologie employée, qui selon elles, n’a pas pris en compte l’avis des comités d’experts locaux. « Il y a un véritable déni du travail effectué localement », estime la FNSEA. Ces décisions s’adjoignent à celle de ponction de 255 millions d’euros directement dans le fonds national de gestion des risques en agriculture (FNGRA) prévue dans la loi de finance rectificative 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

70 000 tonnes de viandes majoritairement En image...engraissées au maïs OGM, aux antibiotiques et aux farines animales, vont venir déséquilibrer un marché sous haute-tension. Et nous n’avons aucune garantie sur les contrôles prévus par le Canada, concernant l’interdiction des activateurs de croissance et des hormones dans laproduction.

La FNB dénonce la « trahison » des parlementaires européens sur l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada (Ceta) qui a été adopté le 15 février par le Parlement européen

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » Ultimatum
La sélection de Jean-Paul Guéry » La maraude
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les Harmoniques
» Petits papiers au gré du vent
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’affaire de la belle évaporée
Le chiffre de la semaine
337,50
euros les mille litres de lait, au mois de décembre en France. Une nette progression par rapport au début d’année et une légère hausse par rapport à la moyenne de 2015. Les experts estiment que cette progression devrait durer un semestre mais sans doute pas plus. Elle est notamment due à une réduction de la collecte laitière en Europe.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui