L'Anjou Agricole 18 juin 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Viande bovine : un accord trouvé

Mercredi 17 juin, un accord a été trouvé pour revaloriser les prix aux producteurs de viande bovine. Les blocages des abattoirs ont été levés, les éleveurs vont s'assurer du respect des engagements pris.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les éleveurs ont levé le blocage au Lion-d'Angers, annonçant qu'ils marqueraient tous les intervenants de l'aval à la culotte si l'un d'entre eux venait à ne pas respecter son engagement.
Les éleveurs ont levé le blocage au Lion-d'Angers, annonçant qu'ils marqueraient tous les intervenants de l'aval à la culotte si l'un d'entre eux venait à ne pas respecter son engagement. - © AA

A l'issue d'une réunion au ministère de l'Agriculture, réunissant une quarantaine de membres de la filière viande bovine, le mercredi 17 juin, les transformateurs et distributeurs se sont engagés à revaloriser rapidement les prix payés aux producteurs.


Le président de la Fédération nationale bovine (FNB) Jean-Pierre Fleury a annoncé que les transformateurs, suivis par les distributeurs, s'étaient engagés à revaloriser les prix payés aux producteurs de 5 centimes le kilo de carcasse, dès le lendemain, et à réitérer ces hausses chaque semaine (pendant 10 semaines au moins) jusqu'à ce que les cours atteignent les coûts de production (4,5 euros le kilo de carcasse en moyenne, selon la FNB).


Le président de l'interprofession bétail et viande, Dominique Langlois a précisé que les transformateurs étaient libres d'appliquer les niveaux de hausse qu'ils souhaitaient, et s'est réjouit « que le dialogue soit renoué » au sein de la filière. « C'est une réunion positive », a également commenté Xavier Beulin, président de la FNSEA. Plus tard dans la soirée, la FNB a annoncé la suspension du blocage des abattoirs, entamé dimanche. « C'est une suspension des blocages avec mise sous surveillance des opérateurs de la filière, grande distribution et industriels, pour vérifier le respect des engagements », a commenté Jean-Pierre Fleury.



Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture.
Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture. - © AA

Stéphane Le Foll augmente les aides de crise et lance la création d'une plateforme export

A l'issue de la réunion de crise sur la viande bovine du 17 juin, le ministre de l'Agriculture a annoncé le doublement de l’enveloppe de crédits pour la prise en charge des cotisations sociales MSA, la portant ainsi à 7 millions d’euros. Elle doit ouvrir le droit à l'effacement de cotisations pour les agriculteurs en difficultés. Stéphane Le Foll a également annoncé la création, d'ici l'été, d'une « plateforme export », un partenariat public-privé à but commercial, pour soutenir l'export de viande française (elle sera ouverte au porc et à la volaille) sous marque commune. « Un lieu en dehors de l'interprofession, à vocation uniquement commerciale », a expliqué Jean-Pierre Fleury, président de la Fédération nationale bovine (FNB), une « machine de guerre où se retrouveront les exportateurs » et qui doit profiter aux PME/PMI. L’interprofession bétail et viande (Interbev) va travailler à encadrer les promotions, et à mettre en place un indicateur des cours du steak haché, le produit par lequel les prix de la viande bovine subissent les plus fortes baisses. « Aujourd'hui c'est le steak haché qui sert à faire le prix », explique Jean-Pierre Fleury, pour qui cet indicateur doit permettre de « stopper la guerre sur le haché, pour libérer le marché du piécé ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Les vendanges seront excessivement précoces dans tous les bassins de production, on aura à peu près partout 15 jours d’avance, même en Champagne.

a déclaré Jérôme Despey, président du conseil spécialisé Vins de FranceAgriMer et secrétaire général de la FNSEA.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » Dis-moi que tu mens
» Les couleurs de la vie
» Tous les démons sont ici
La sélection de Jean-Paul Guéry » Frontier hôtel
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les jumelles d’Arrowood
Le chiffre de la semaine
433 000 000 M €
VINS ET SPIRITUEUXEn juin dernier, les échanges extérieurs du secteur agro-alimentaire atteignaient 433 M €, soit un recul de 45 M € sur juin 2016. Les exportations qui ont progressé de 137 M € par rapport à juin 2016, ne compensent cependant pas l’augmentation des importations, + 182 M € ; le solde s’avère encore déficitaire de - 72 M €.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui