L'Anjou Agricole 14 décembre 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Cop21 : l’accord du 12 décembre

L’accord obtenu le 12 décembre lors de la COP21 prévoit de limiter le réchauffement de la planète « bien en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels » et de « poursuivre les efforts pour limiter la hausse des températures à 1,5°C ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jusqu’à présent les engagements des pays qui se sont prononcés ne contribueraient à réduire ce réchauffement que de 3°C.
Jusqu’à présent les engagements des pays qui se sont prononcés ne contribueraient à réduire ce réchauffement que de 3°C. - © Ministère de l'agriculture

Mais il ne s’agit que d’engagements volontaires sans dispositif contraignant.  A partir de 2020, un processus de révision tous les cinq ans est prévu. De plus, les 100 milliards de dollars prévus pour être versés chaque année aux pays du Sud par ceux du Nord deviennent un plancher susceptible d’être relevé, mais sans qu’aucun engagement précis n’ait été fixé.

 

Les investisseurs en agriculture peuvent bénéficier du label « transition énergétique et climat »

Les modalités de mise en oeuvre et de gouvernance du label « Transition énergétique et écologique pour le climat » ont été publiées au Journal officiel le 11 décembre. Ainsi, le décret détermine « les critères auxquels doivent répondre les fonds d'investissements pour bénéficier du label ». L'agriculture et la foresterie, comme les transports propres ou encore l'efficacité énergétique des bâtiments, font partie des secteurs concernés. Le document « référentiel » du label donne des exemples concrets sur des activités de financement éligibles : plantation de forêt avec des certificats reconnus internationalement, utilisation de machinerie intelligente pour une répartition efficace des engrais, etc.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

JA veut rénover l'offre d'outils de gestion des risques en s'appuyant sur l'Europe et les filières

explique Baptiste Gatouillat, auteur du rapport d'orientation 2017 des JA qui s'intitule : Anticipons aujourd'hui pour gérer les risques demain.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » La ferme des Miller
La sélectionde Jean-Paul Guéry » Le vertige des falaises
La sélection de Jean-Paul Guéry » Chute
La sélection de Jean-Paul Guéry » Personne n’a oublié
La sélection de Jean-Paul Guéry » La ferme du bout du monde
Le chiffre de la semaine
2,4 millions
En 2015, l'UE comptait 2,4 millions d'exploitations cultivant 3,2 millions d'hectares de vignes, selon la dernière enquête Eurostat. La France arrive en deuxième position en matière de superficie, derrière l'Espagne. Sur les 3,2 Mha, 78 % (soit 2,5 Mha) étaient dédiés à la production de vins de qualité, aussi bien sous AOP (2,1 Mha) que sous IGP (0,4 Mha). En nombre d'exploitations viticoles, c'est la Roumanie qui arrive en tête (36 % du total de l'UE) devant l'Espagne (22 %) et l'Italie (12 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui