L'Anjou Agricole 24 février 2016 à 18h00 | Par L'Anjou Agricole

Les agriculteurs contrôlent des camions sur des sites symboliques à Segré et Cholet

"Nous avons besoin de mieux d'Europe", scandent les agriculteurs de la FDSEA et de JA, qui ont mené des actions de contrôles de camions frigorifiques, à Segré et à Cholet, mercredi 24 février.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Au Rond point de l'Europe, à Segré. (© AA) Des camions ont été contrôlés tout l'après-midi. © AA Un lieu symbolique © AA

Alors que Phil Hogan, commissaire européen à l’agriculture, doit se rendre à Paris, jeudi 25 février, les FDSEA/JA des Pays-de-la-Loire ont mené ce mercredi 24 février une action syndicale concertée pour lui demander de " prendre conscience de la gravité de la crise agricole et, enfin, de prendre les mesures qui s’imposent ".

Des lieux symboliques choisis

A Segré, des agriculteurs, dont beaucoup de jeunes, ont intercepté toute l'après-midi des camions frigorifiques sur l'axe Rennes-Angers. Ils y ont trouvé notamment, de la couenne de porc "sans aucune étiquette de provenance", de la viande de veau "origine UE". L'action se tenait, pour le symbole, au rond-point de l'Europe.

Des agriculteurs se sont rendus aussi au Centre Leclerc de Segré, où ils ont constaté " de gros efforts faits sur l'étiquetage de la viande", explique Mathieu Delanoë, éleveur au Tremblay. "Il reste des efforts sur le lait. Les responsables de l'enseigne ont expliqué qu'ils effectuent des démarches sur la traçabilté des produits de la marque Repère". Un autre groupe s'est rendu au magasin Lidl, où des pneus et des branches ont été déversés : "à quelques jours du Salon de l'agriculture, l'enseigne communique sur le soutien aux éleveurs français, mais on n'a pas trouvé beaucoup de produits français dans les rayons", poursuit l'éleveur.

Une action similaire était menée en même temps, avenue de l'Europe, à Cholet.

Sortir de l'embargo russe

Les revendications portées par la profession : trouver une porte de sortie sur l’embargo russe et rouvrir des débouchés, rétablir des outils de régulation efficaces, mettre fin aux distorsions de concurrence entre pays européens, simplifier la mise en oeuvre de la Pac, permettre aux filières d’échanger et de s’organiser sans que cela soit considérer comme des pratiques anti-concurrentielles, porter la demande d’un étiquetage obligatoire de l’origine des produits transformés.

Plus d'informations dans l'Anjou agricole du 26 février 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Aujourd’hui, il est primordial que toutes les entreprises privées et coopératives donnent un véritable signal aux producteurs en s’appuyant notamment sur une conjoncture mondiale en amélioration depuis quelques semaines

affirme la FRSEA de l’Ouest dans un communiqué du 27 septembre.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » La tentation d’être heureux
La sélection de Jean-Paul Guéry » La nuit de Peter Pan
» Ce qui désirait arriver
La sélection de Jean-Paul Guéry » Notre famile
Spectacle » Pinocchio au Plessis-Macé
Le chiffre de la semaine
1,8
Mrd d'euros de déficit en fruits frais pour la France. Selon FranceAgriMer, durant les sept premiers mois de l'année 2016, le déficit commercial de la France en fruits frais atteint près d'1,8 milliard d'euros, ce qui correspond à un déficit supérieur de 11 % à celui de la même période en 2015 et de 43 % supérieur à celui de 2014.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui