L'Anjou Agricole 09 février 2016 à 10h00 | Par L'Anjou Agricole

L’origine des viandes absente d'un produit transformé sur deux

Selon, UFC Que Choisir, sur 245 aliments à base de viande de bœuf, de porc et de poulet, 54% des produits font l’impasse sur l’origine de la viande.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sur 245 aliments de consommation courante à base de viande de bœuf, de porc et de poulet issus de 13 grandes marques nationales et prélevés dans 7 enseignes de la grande distribution, « 54% des produits font l’impasse sur l’origine de la viande », annonce une étude de l’UFC-Que choisir rendue publique le 8 février.
Sur 245 aliments de consommation courante à base de viande de bœuf, de porc et de poulet issus de 13 grandes marques nationales et prélevés dans 7 enseignes de la grande distribution, « 54% des produits font l’impasse sur l’origine de la viande », annonce une étude de l’UFC-Que choisir rendue publique le 8 février. - © AA

« Si les produits à base de bœuf limitent la casse avec 70% des produits indiquant le pays d’origine, en revanche l’opacité est très forte pour les produits à base de poulet et de porc avec respectivement 74% et 57% des produits sans la moindre mention! », observe l’association. Parmi les grandes marques Findus, Le Gaulois, Charal et Marie, affichent à 100% l’origine de la viande, contrairement à Daunat, Père Dodu ou Sodebo.

 

Pour les marques de distributeurs (MDD), excepté Intermarché (84% de MDD étiquetées), « aucune des grandes enseignes de la distribution n’informe suffisamment sur l’ensemble des trois viandes », affirme l’UFC-Que choisir. A noter que pour le bœuf, l’origine est affichée pour 100% des MDD chez Intermarché, Carrefour et Système U. En revanche, pour les produits à base de porc, c’est 0% de mentions de l’origine chez Casino et Leader Price, ainsi que pour les MDD à base de Poulet d’Auchan, de Carrefour et de Casino.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Aujourd’hui, il est primordial que toutes les entreprises privées et coopératives donnent un véritable signal aux producteurs en s’appuyant notamment sur une conjoncture mondiale en amélioration depuis quelques semaines

affirme la FRSEA de l’Ouest dans un communiqué du 27 septembre.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » La tentation d’être heureux
La sélection de Jean-Paul Guéry » La nuit de Peter Pan
» Ce qui désirait arriver
La sélection de Jean-Paul Guéry » Notre famile
Spectacle » Pinocchio au Plessis-Macé
Le chiffre de la semaine
1,8
Mrd d'euros de déficit en fruits frais pour la France. Selon FranceAgriMer, durant les sept premiers mois de l'année 2016, le déficit commercial de la France en fruits frais atteint près d'1,8 milliard d'euros, ce qui correspond à un déficit supérieur de 11 % à celui de la même période en 2015 et de 43 % supérieur à celui de 2014.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui