L'Anjou Agricole 30 décembre 2015 à 10h00 | Par L'Anjou Agricole

Installation-transmission : le Gaec du Petit pont assure la relève

Au Petit pont à Montreuil-sur-Loir (Maine-et-Loire), la transmission est en marche. Depuis 2011, des exploitations en bovins allaitants ont fusionné et deux jeunes se sont installés.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pascal Langlais, Julien Cardot, Philippe Dru et Benoît Bruneau seront officiellement tous les 4 associés le 5 janvier.
Pascal Langlais, Julien Cardot, Philippe Dru et Benoît Bruneau seront officiellement tous les 4 associés le 5 janvier. - © AA

Transmettre son exploitation plutôt que de la voir disparaître. Dans le Baugeois, les deux éleveurs en vaches allaitantes, Philippe Dru et Pascal Langlais, sont dans cette logique. Ils ont  fusionné leur deux EARL en mars 2015. Pour créer le Gaec du Petit pont à Montreuil-sur-Loir. Proches de la retraite, ils ont aussi installé deux jeunes avec eux. « Cela commençait à me tirer autant physiquement que moralement, confie Pascal Langlais, installé depuis 1982 à Seiches-sur-Loir. Je me résignais à me débarrasser de mes vaches pour me consacrer aux cultures jusqu’à mon départ en retraite. »

A chacun ses avantages

Quand Philippe Dru, éleveur en limousines bio avec qui il travaille depuis 30 ans, lui propose de s’associer, il accepte. Un échange de bons procédés où chacun voit son avantage. 
« Les terres argilo-calcaires de Pascal permettent de cultiver de la luzerne et ainsi atteindre l’autonomie alimentaire du troupeau », explique Philippe. « On a pu réduire la cadence. Et souffler un peu », constate Pascal.

Pour Pascal, le changement est radical. D’un troupeau de rouges des prés en conventionnel, il convertit toutes ses surfaces en agriculture biologique et change de race. « C’est comme si je m’installais une deuxième fois », plaisante-t-il.

En amont, Philippe Dru anticipe sa transmission. Inscrit au répertoire départ installation, il  rencontre Benoît Bruneau avec qui il s’associe en 2011. « Je ne suis pas dans une logique grossir pour grossir en achetant les terres de mon voisin. Je voulais produire plus avec la même surface.»

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 1er janvier 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Les nouvelles obligations concernant Certiphyto sont très peu connues parce qu’elles n’ont fait l’objet d’aucune communication

alerte la Fédération nationale entrepreneurs des territoires (FNEDT). « Depuis le 1er octobre, les conditions de délivrance et de renouvellement des CIPP ont changé », selon un communiqué.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » Un hiver avec le diable
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les mots que j’aime
La sélection de Jean-Paul Guéry » Le pacte du silence
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’Esprit Papillon
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les vacances de Mma Ramotswe
Le chiffre de la semaine
302,10
euros pour le lait. La banque néerlandaise Rabobank a indiqué dans son rapport mondial 2017 sur les matières premières alimentaires, publié le 23 novembre, que le secteur laitier devrait sortir de ses années de prix très faibles. Les prix du lait devraient être soutenus en 2017 parce que, d'une part, la Commission a retiré l'équivalent de 4 millions de tonnes de lait liquide dans le cadre de son programme d'intervention en 2016. D'autre part la demande de produits laitiers a augmenté dans le ...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui