L'Anjou Agricole 25 septembre 2014 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Interview - “Saisir les opportunités en restant raisonnable”

Réaction : Alain Cholet, président de la Fédération départementale laitière.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Alain Cholet
Alain Cholet - © AA

Comme le montrent les  chiffres, la tendance est à l’investissement et à l’optimisme, en particulier dans le secteur laitier. Partagez-vous cette euphorie ?

Alain Cholet : En effet, le prix du lait sur l’année 2014 est correct. La preuve en est que les producteurs de lait croient en l’avenir et investissent. C’est bien. Ils préparent l’après-quota. Je suis tout à fait partisan pour que les conditions de travail des producteurs laitiers s’améliorent. Il faut, pour cela, investir, moderniser les outils et parfois les agrandir dans la mesure où les références laitières ont évolué depuis ces cinq dernières années.

Sachons cependant rester raisonnables et n’oublions pas que nous sommes dans un système libéral avec, comme on a pu le voir, un prix du lait volatil et sensible à des à-coups qui ne sont pas forcément liés au marché, mais qui peuvent être d’ordre politique -la Russie par exemple-, ou sanitaire, je pense au problème de la mélamine en Chine en 2009. Il convient également d’avoir une approche économique des projets en gardant à l’esprit l’évolution du prix moyen du lait dans les 5 à 10 ans qui viennent, soit le temps de l’amortissement de l’investissement. Et ne pas perdre de vue qu’en dépit des aides techniques, comme la robotisation, il faudra toujours une présence humaine. D’où l’importance de ne pas surdimensionner des outils, d’autant plus que cela ne signifie pas forcément un meilleur résultat financier.

 

On annonce une baisse du prix du lait pour 2015. N’est-ce pas un paradoxe d’investir aujourd’hui ?

On annonce effectivement une baisse du prix du lait en 2015 avec une augmentation des volumes. Cela peut paraître risqué. Par contre, on sait que la production laitière va se restructurer très fortement : la production va continuer à augmenter dans le Grand ouest, parce que d’autres régions vont voir leur production diminuer ou disparaître. La production va donc se concentrer là où il y a du dynamisme, des hommes, des surfaces non concurrencées par les céréales, et des outils.

 

Le contexte est donc une opportunité pour l’Ouest de la France ?

Pour l’ouest, investir aujourd’hui, ce n’est pas être à côté de la plaque, c’est au contraire saisir des opportunités pour autant, je le répète, qu’on reste raisonnable et modeste, car il faudra que les trésoreries résistent à la volatilité. C’est un facteur à intégrer au plan de financement. Et ne pas oublier qu’il faudra aussi compter avec les aspects environnementaux.

 

propos recueillis par M.L.R.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

70 000 tonnes de viandes majoritairement En image...engraissées au maïs OGM, aux antibiotiques et aux farines animales, vont venir déséquilibrer un marché sous haute-tension. Et nous n’avons aucune garantie sur les contrôles prévus par le Canada, concernant l’interdiction des activateurs de croissance et des hormones dans laproduction.

La FNB dénonce la « trahison » des parlementaires européens sur l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada (Ceta) qui a été adopté le 15 février par le Parlement européen

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » Ultimatum
La sélection de Jean-Paul Guéry » La maraude
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les Harmoniques
» Petits papiers au gré du vent
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’affaire de la belle évaporée
Le chiffre de la semaine
337,50
euros les mille litres de lait, au mois de décembre en France. Une nette progression par rapport au début d’année et une légère hausse par rapport à la moyenne de 2015. Les experts estiment que cette progression devrait durer un semestre mais sans doute pas plus. Elle est notamment due à une réduction de la collecte laitière en Europe.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui