L'Anjou Agricole 24 février 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Crise agricole : le conseil régional propose un plan d'actions prioritaires

Abonnez-vous Réagir Imprimer

© AA

« Même si le Conseil régional des Pays de la Loire ne détient pas toutes les clefs pour surmonter les difficultés structurelles auxquelles fait face la profession agricole, sa première responsabilité est d’être solidaire avec les agriculteurs en utilisant tous les leviers à sa disposition pour surmonter la crise actuelle et préserver le potentiel agricole de notre région », précise Bruno Retailleau, président du Conseil régional.
C’est tout l’objet du Plan d’actions prioritaires pour l’agriculture en Pays de la Loire soumis au vote des élus régionaux lors de la séance du 26 février 2016. Il se veut une réponse dans l’urgence, concrète et immédiate, pour aider à court terme les agriculteurs ligériens en difficulté. Pour autant, chacun est bien conscient que les difficultés du moment ne seront surmontées qu’en agissant, sur le moyen et le long terme, pour renforcer la compétitivité et la montée en gamme de la valeur ajoutée de l’agriculture ligérienne. Le présent rapport se conclut donc par les grands axes de travail auxquels s’attellera avec détermination la nouvelle majorité régionale sitôt acquis le vote de ce plan d’action.
Le plan d’action régional qui vous est présenté s’articule autour de 6 priorités déclinées en 16 mesures  :
1. Débloquer rapidement l’instruction et le paiement des aides 2015
2. Accompagner les agriculteurs en difficultés
3. Soutenir l’investissement pour favoriser la modernisation des exploitations et l’installation des jeunes
4. Développer l’approvisionnement local dans la restauration collective
5. Décréter un moratoire régional et une revue générale des normes régionales
6. Renforcer la compétitivité de l’agriculture et de l’agro-alimentaire des Pays de la Loire

En termes financiers, le plan d’action régional représente un volume de près de 4 M€ de crédits régionaux supplémentaires générant près de 7 M€ de crédits totaux (avec l’effet levier du FEADER) et va conduire au déblocage dans les semaines à venir de près de 52 M€ d’arriérés de paiement ou d’avances sur les aides agricoles 2015.

Plus d'infos dans l'Anjou agricole du 26 février 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

JA veut rénover l'offre d'outils de gestion des risques en s'appuyant sur l'Europe et les filières

explique Baptiste Gatouillat, auteur du rapport d'orientation 2017 des JA qui s'intitule : Anticipons aujourd'hui pour gérer les risques demain.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » La ferme des Miller
La sélectionde Jean-Paul Guéry » Le vertige des falaises
La sélection de Jean-Paul Guéry » Chute
La sélection de Jean-Paul Guéry » Personne n’a oublié
La sélection de Jean-Paul Guéry » La ferme du bout du monde
Le chiffre de la semaine
2,4 millions
En 2015, l'UE comptait 2,4 millions d'exploitations cultivant 3,2 millions d'hectares de vignes, selon la dernière enquête Eurostat. La France arrive en deuxième position en matière de superficie, derrière l'Espagne. Sur les 3,2 Mha, 78 % (soit 2,5 Mha) étaient dédiés à la production de vins de qualité, aussi bien sous AOP (2,1 Mha) que sous IGP (0,4 Mha). En nombre d'exploitations viticoles, c'est la Roumanie qui arrive en tête (36 % du total de l'UE) devant l'Espagne (22 %) et l'Italie (12 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui