L'Anjou Agricole 05 février 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Pas de réels avantages comparatifs en filière porcine entre l’Allemagne et la France

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

L’ambassadeur d’Allemagne en France, Nikolaus Meyer-Landrut, a indiqué, qu’après analyse comparative complète des coûts intégrant les avantages des deux agricultures (française et allemande), il n’était pas possible de déterminer de réels avantages comparatifs. Dans le but de continuer la bonne coopération entre les deux pays, Nicolas Meyer-Landrut souhaiterait pouvoir organiser une rencontre entre les présidents des deux grandes confédérations agricoles française (FNSEA) et allemande (DBV) déclarant « quand les syndicats agricoles des deux pays s’entendront, les politiques suivront ». Du côté français, le président de la commission des affaires européennes du Sénat, Jean Bizet, s’est dit prêt à prendre également une initiative pour renouer le dialogue franco-allemand.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Les vendanges seront excessivement précoces dans tous les bassins de production, on aura à peu près partout 15 jours d’avance, même en Champagne.

a déclaré Jérôme Despey, président du conseil spécialisé Vins de FranceAgriMer et secrétaire général de la FNSEA.

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » Dis-moi que tu mens
» Les couleurs de la vie
» Tous les démons sont ici
La sélection de Jean-Paul Guéry » Frontier hôtel
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les jumelles d’Arrowood
Le chiffre de la semaine
433 000 000 M €
VINS ET SPIRITUEUXEn juin dernier, les échanges extérieurs du secteur agro-alimentaire atteignaient 433 M €, soit un recul de 45 M € sur juin 2016. Les exportations qui ont progressé de 137 M € par rapport à juin 2016, ne compensent cependant pas l’augmentation des importations, + 182 M € ; le solde s’avère encore déficitaire de - 72 M €.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui