L'Anjou Agricole 03 février 2016 à 18h00 | Par L'Anjou Agricole

Le monde agricole change, les Cuma aussi

Dans un contexte économique et social en pleine mutation, des Cuma, accompagnées par le réseau de conseillers, arrivent à négocier le virage du changement. Témoignage entendu à l'assemblée générale de la section 49 de l'Union des Cuma des Pays-de-la-Loire, mercredi 3 février à Saulgé-L'Hôpital.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Grâce au dialogue, à une culture d’ouverture, la Cuma d’Ambillou-Château a réussi à élargir le champ de ses activités, a expliqué son président Guy Ogereau.  Plusieurs rosiéristes sont entrés récemment dans la Cuma.
Grâce au dialogue, à une culture d’ouverture, la Cuma d’Ambillou-Château a réussi à élargir le champ de ses activités, a expliqué son président Guy Ogereau. Plusieurs rosiéristes sont entrés récemment dans la Cuma. - © AA

 

Seulement "agricole" à ses origines, la Cuma d'Ambillou-Château compte aujourd'hui des adhérents agriculteurs, viticulteurs, pépiniéristes et rosiéristes.
« Nous avons commencé par accueillir les viticulteurs du sud de la commune », a expliqué le président Guy Ogereau, mercredi 3 février, lors de l'assemblée générale de la section 49 de l'Union des Cuma Pays-de-la-Loire, à Saulgé-L'hôpital.

Ensuite, des pépiniéristes et des rosiéristes sont venus se joindre à la Cuma, une arrivée qui s'est accompagnée de l'achat de matériels spécifiques (bineuses, souffleuse, herse étrille). Une telle évolution ne se fait pas en claquant des doigts. « Il a fallu s'adapter. On s'est restructurés en interne en nommant des responsables techniques par secteur d'activité ».

 


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

70 000 tonnes de viandes majoritairement En image...engraissées au maïs OGM, aux antibiotiques et aux farines animales, vont venir déséquilibrer un marché sous haute-tension. Et nous n’avons aucune garantie sur les contrôles prévus par le Canada, concernant l’interdiction des activateurs de croissance et des hormones dans laproduction.

La FNB dénonce la « trahison » des parlementaires européens sur l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada (Ceta) qui a été adopté le 15 février par le Parlement européen

Culture & Vous
La sélection de Jean-Paul Guéry » Ultimatum
La sélection de Jean-Paul Guéry » La maraude
La sélection de Jean-Paul Guéry » Les Harmoniques
» Petits papiers au gré du vent
La sélection de Jean-Paul Guéry » L’affaire de la belle évaporée
Le chiffre de la semaine
337,50
euros les mille litres de lait, au mois de décembre en France. Une nette progression par rapport au début d’année et une légère hausse par rapport à la moyenne de 2015. Les experts estiment que cette progression devrait durer un semestre mais sans doute pas plus. Elle est notamment due à une réduction de la collecte laitière en Europe.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui